Oui à la vie ! — Message à l'occasion du 5e anniversaire de l'enclycique

vendredi, 24 mars 2000
  • Imprimer
  • E-mail

Un message de l'Organisme catholique pour la vie et la famille à l'occasion du cinquième anniversaire d'Evangelium Vitae, lettre encyclique du pape Jean-Paul II

En cette année jubilaire où se glisse le cinquième anniversaire de la parution de l'encyclique Evangelium Vitae, vibrant appel de l'Église à toutes les femmes et les hommes de notre monde à aimer, servir et défendre la vie humaine, l'Organisme catholique pour la vie et la famille (OCVF) , à la suite de notre pape Jean-Paul II, vous invite à « Choisir la vie», encore plus, et davantage!

Nous venons de terminer un siècle qui semble avoir été l'un des plus violents de l'histoire de l'humanité. Les agressions contre la vie humaine se sont multipliées sous des formes sans cesse changeantes et violentes. On note un accroissement des avortements et des pressions pour légaliser l'euthanasie et l'aide au suicide, alors que les dérives des technologies au niveau de la reproduction humaine et de la génétique se multiplient. Plus que jamais et de façon notoire, des couples, des familles des vieillards et des enfants sont laissés à eux-mêmes, démunis dans des situations de survie où les issues semblent inexistantes. Et acculés à des situations similaires, plusieurs membres de notre société ploient sous le poids de fardeaux économiques qui rendent les choix pour la vie quelques fois héroïques!

Une vie humaine est une vie humaine. Toute atteinte à son intégrité est une atteinte directe à l'humanité tout entière. Tout en dénonçant avec fermeté les nombreuses menaces qui assaillent la vie humaine, notre Saint-Père ne cesse d'exhorter les détenteurs du pouvoir à manifester de façon décisive, dans les législations, les politiques sociales et les choix économiques, un parti pris en faveur de la promotion et du respect de la vie humaine, de toute vie humaine. Ces interventions sont particulièrement impératives lorsque la vie humaine se trouve la plus vulnérable, notamment à son commencement et à la toute fin de son terme. C'est dans ces temps de grandes précarités qu'elle est la plus faible, la plus démunie et la plus menacée.

Dans son encyclique Evangelium Vitae, notre pape nous rappelle à tous, combien la vie humaine est sacrée et combien cette vie est confiée à notre sollicitude, à nous qui en sommes les dépositaires. Puisque nous ne sommes que les bénéficiaires de la vie, puisque nous ne la possédons pas comme un bien propre, nous sommes responsables les uns des autres! Jean-Paul II nous invite à témoigner de notre espérance chrétienne, nous qui nous savons profondément aimés de Dieu. Il nous incite à insuffler l'espérance dans notre monde, par la création d'initiatives et l'élaboration de projets culturels, économiques, sociaux, politiques et juridiques qui protègent et promeuvent la dignité de la vie humaine.

Oui, la Vie est un bien incommensurable. Oui, chaque être humain créé à l'image de Dieu possède une dignité et une valeur inestimable. La vie est le bien le plus précieux qu'il nous soit donné sur cette terre, et nous sommes tous responsables de l'aimer, de la respecter et de la sauvegarder! L'Évangile de la vie nous enjoint de respecter la vie autant dans les mille et un petits gestes quotidiens, que dans les heures de grandes décisions familiales, politiques et juridiques. C'est dans les choix multipliés en faveur de tout ce qui fait grandir l'être humain que nous nous laisserons entraîner à la suite de Jean-Paul II à promouvoir le droit fondamental de tout être humain : le droit à la vie!

Certes, depuis la nuit des temps, la conception de la vie humaine, de sa valeur et de son sens s'est développée dans nos sociétés humaines, au fil d'une histoire faite d'ombres et de lumières. Dans un monde gouverné par des impératifs économiques et caractérisé par un pluralisme de valeurs, par l'individualisme, par la mondialisation et par les changements technologiques sans nombre, l'appel à vivre l'Évangile de la vie n'a jamais été aussi urgent. En ce 21e siècle, nos représentantes et nos représentants civils, les plus hautes instances juridiques du pays, les intellectuels, les professionnels de la santé, les familles, les enseignants, les jeunes adultes sont appelés à prendre position et à faire des choix déterminants en faveur de la vie!

Ainsi, les voix pour la vie doivent se faire entendre à la Cour suprême du Canada qui jugera la cause Latimer concernant la décision d'un père de mettre fin à la vie de son enfant souffrant de déficiences multiples. Les voix des scientifiques, des philosophes, des éthiciens et des théologiens pour la vie, doivent se faire entendre au gouvernement du Canada qui se prépare à mettre de l'avant une législation concernant les nouvelles techniques de reproduction et de génétique. Les voix pour la vie doivent se faire entendre au Sénat canadien qui étudie un projet de loi concernant la prise de décisions médicales légitimes relativement aux traitements de survie et aux traitements de la douleur.

De nombreux organismes, dans les diocèses aux quatre coins du pays, sont engagés à la défense et à la promotion de la vie humaine tant au niveau de services offerts, qu'au niveau des groupes de pression en faveur de celle-ci, qu'au niveau de programmes éducatifs s'adressant aux jeunes ou au grand public. Ces initiatives doivent être encouragées, applaudies et reconnues, car il est nécessaire d'entendre encore et davantage, des voix plus nombreuses en faveur de la vie.

Qu'il s'agisse de l'avortement ou de la violence faite aux enfants et aux femmes, du SIDA ou de l'appauvrissement des familles, des manipulations génétiques ou de l'euthanasie et de l'aide au suicide, du chômage ou de l'isolement des aînés, les chrétiens se doivent de témoigner de leur espérance et de l'enracinement de leurs convictions face au respect de la vie, de la dignité de l'être humain. Mais, parler et agir en faveur de la vie humaine, c'est d'abord consentir à se rapprocher de l'autre et se convertir au  vivre avec . C'est aussi, à cause de Jésus Christ et au nom de notre foi, devenir des artisans solidaires au coeur du monde, sans esquiver les réalités et les défis de l'heure.

Comme chrétiennes et chrétiens, nous sommes constamment confrontés à des choix de vie. Il nous est demandé de prendre position sans toujours avoir le temps, l'expertise et les informations nécessaires pour mesurer les véritables enjeux. Mais, comment réagir? Que faire? Qu'en penser? Que dire à nos enfants? Comment accompagner celles et ceux qui sont au coeur d'un problème, d'un choix pour ou contre la vie? Toutes ces questions soulèvent l'importance de devenir mieux avisés et plus impliqués dans ces grands débats. Des outils sont disponibles pour faciliter cette démarche. Nous vous proposons, bien simplement, celui qui est décrit ci-dessous.

Comme «peuple de la vie et pour la vie», nous avons plus que jamais besoin d'entendre les appels pressants du Christ à vivre et à s'engager dans une existence vouée à la pleine humanisation de notre monde. Nous sommes appelés à réinventer les chemins de l'amour et de la vie avec un regard sans cesse renouvelé. Le sens véritable de notre destinée n'est-il pas de marcher dans les pas de Jésus vers la plénitude de la vie humaine, en ce monde? Vers la plénitude de la vie divine dans ce monde qui vient! Il est venu sur cette terre il y a 2000 ans, pour que les humains aient la vie, et qu'ils l'aient en abondance! (Jn 10, 10). Oui, nous devons dire oui à la vie!


 

L'organisme catholique pour la vie et la famille est un projet conjoint de la Conférence des évêques catholiques du Canada et des Chevaliers de Colomb. Il promeut et valorise le respect de la vie humaine et la reconnaissance du rôle essentiel de la famille. Les membres du Bureau de direction sont : Mgr Bertrand Blanchet, Mme Louise Couture, Mgr Adam Exner, o.m.i., Mme Dolores Fehr, Mme Sharon Harland, Mme Hélène Leboeuf, M. André Normand et M. Michael Sheehan.

Un bon outil pour répondre à ces questions pourrait être les Ateliers de travail, publiés par l'OCVF sur Evangelium Vitae. Ils sont destinés à des groupes, des jeunes ou toute personne désireuse de prendre le temps d'approfondir les raisons de leurs choix en faveur de la vie. Ces ateliers de travail sont disponibles au Service des Éditions de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), 90 avenue Parent, Ottawa, ON, K1N 7B1, téléphone : 1-800-769-1147 ou (613) 241-7538, fax: (613) 241-5090.