Réaction de l'OCVF au Projet de loi C-14

vendredi, 15 avril 2016
  • Imprimer
  • E-mail

Le gouvernement fédéral a déposé hier le Projet de loi C-14 (Loi modifiant le Code criminel et apportant des modifications connexes à d’autres lois (aide médicale à mourir). S’il est adopté, il deviendra légal de tuer une personne qui en fait la demande si elle répond aux critères formulés par la loi.

Depuis que le monde est monde, le geste d’enlever la vie à une autre personne est considéré comme un mal et sanctionné par la loi. En ce début de XXIe siècle, on voudrait maintenant nous faire croire qu’il s’agit d’un bien. Tuer reste un mal très grave – même s’il est déguisé en « aide médicale à mourir ». Ici, il s’agit en fait d’euthanasie et de suicide assisté, ce que reconnaît d’ailleurs le gouvernement fédéral dans son document de présentation du Projet de loi C-14. Il n’est pas nécessaire d’être en fin de vie pour avoir droit à ce « soin ».

Légal ne veut pas dire moral. L’opinion de la majorité n’a pas le pouvoir de déterminer le bien; un mal reste un mal. Ce projet de loi rend légal un mal moral. En nous donnant les Dix Commandements, Dieu a été très clair : « Tu ne tueras pas. »

Le Projet de loi C-14 est moralement inacceptable. Tous, nous avons besoin du Christ ressuscité qui continue de marcher à nos côtés pour nous donner force et courage. Alors que nous continuons à défendre la vie, ne négligeons pas les pratiques spirituelles recommandées par l’Église : le jeûne et la prière – surtout l’Eucharistie où le Christ vainqueur de la mort se donne à nous pour que nous Le portions à un monde qui a désespérément besoin de Son amour.

De nouveau, nous demandons aux baptisés de parler à leurs députés pour leur faire connaître leur opposition au suicide assisté et à l’euthanasie, et pour réclamer la protection de la liberté de conscience et un meilleur accès aux soins palliatifs. La Coalition pour les soins de santé et la conscience offre un moyen facile de rejoindre nos députés.