Dons d’organes

Certaines personnes seront peut-être étonnées d’apprendre que l’Église catholique appuie vigoureusement les dons d’organes et de tissus. Quand la chose se fait dans le respect de l’éthique, les dons d’organes et de tissus à une autre personne sont conformes à l’enseignement de l’Église sur le respect de la vie et de la dignité de la personne humaine, et à notre foi en la résurrection de la chair. Donner une partie de son corps après sa mort ne compromet pas plus ce qui est éternel que l’incinération ou la décomposition naturelle des restes ensevelis.

Dans l’encyclique Evangelium Vitae, le bienheureux Jean-Paul II nous a rappelé que l’Évangile de la vie est célébré avant tout par une vie débordante de don de soi pour les autres. Or, il citait justement en exemple le don d’organes, qui offre au malade pour qui il n’y a peut-être plus d’autre espoir la possibilité de recouvrer la santé ou même de revenir à la vie.