Projet de loi C-14 (aide médicale a mourir) - L'OCVF écrit aux membres du Sénat

mercredi, 11 mai 2016
  • Imprimer
  • E-mail

 

Le 9 mai 2016

Honorables membres du Sénat du Canada,

À l’instar d’un grand nombre de nos concitoyens, nous sommes bouleversés à l’idée que le Canada puisse légaliser l’euthanasie et le suicide assisté en adoptant le Projet de loi C-14 (« aide médicale à mourir »). Depuis que le monde est monde, le geste d’enlever la vie à une autre personne est considéré comme un mal et sanctionné par la loi. En ce début de XXIe siècle, on voudrait maintenant nous faire croire qu’il s’agit d’un bien. Tuer reste un mal très grave – même s’il est déguisé en « aide médicale à mourir ».

Nous sommes conscients et reconnaissants des grands progrès accomplis dans le domaine des soins médicaux et du contrôle de la douleur. Les principes qui ont inspiré la recherche menant à ces progrès et sur lesquels repose la médecine occidentale seront minés si nos gouvernements donnent aux médecins le « droit » d’euthanasier des patients ou de les aider à se suicider. Dans le cadre d’un système de santé universel qui dessert une population en grande partie vieillissante et qui repose sur une assiette fiscale de plus en plus réduite, le danger est bien réel que la normalisation de l’euthanasie et du suicide assisté se traduise bientôt par une obligation de mourir.

Les personnes engagées en politique doivent se demander si elles sont prêtes à sacrifier le droit à la sécurité d’innombrables personnes et la liberté de conscience pour reconnaître un nouveau soi-disant droit de quelques-uns à l’euthanasie ou au suicide assisté. Il est impératif que les droits que reconnaît la Charte des droits et libertés à tant de médecins et d’institutions dont la conscience et les valeurs leur interdisent toute coopération avec l’ « aide médicale à mourir » soient reconnus et protégés par la loi. Nous vous encourageons à travailler en ce sens, ainsi qu’en vue d’un accès amélioré aux soins palliatifs.

Certains prétendent qu’un membre de la Chambre des Communes ou du Sénat qui s’opposerait à l’euthanasie et au suicide assisté pour des motifs religieux ou éthiques imposerait ses perspectives personnelles à l’électorat canadien. Il faut bien réaliser que l’opinion voulant que l’accès à l’euthanasie et au suicide assisté soit tolérable et même désirable n’a rien de « neutre »; elle est, en fait, le reflet d’une perspective philosophique particulière. Promouvoir et offrir l’accès à l’euthanasie et au suicide assisté, c’est promouvoir une vision du monde particulière, une philosophie de vie bien spécifique. Rien ne peut justifier le renversement non seulement d’une loi, mais de principes et de valeurs auxquels ont tenu d’innombrables générations, soit que la protection de la vie humaine est un principe essentiel au maintien du bien commun.

Le Canada se trouve à une croisée des chemins. Votre vote sur le Projet de loi C-14 contribuera à propulser notre nation dans une direction ou l’autre : soit sur le chemin de la vie et du bien commun, soit sur la pente glissante de l’élimination de la vie humaine. Nous sommes bien conscients du fait que la décision que vous devez prendre est l’une des plus importantes de votre vie. Puisse l’Esprit de sagesse et de force vous éclairer en ce moment grave et déterminant, et vous guider en vue de la protection de la dignité et du caractère sacré de la vie humaine.

Sincèrement,

MGR SMITH

 

+Monseigneur Richard W. Smith

Archevêque d’Edmonton

Président du conseil d’administration

 

 


2500 promenade Don Reid, Ottawa, Ontario K1H 2J2     

Téléphone: (613) 241-9461

Télécopieur (613)241-9048

CE : ocvf @ocvf.ca

Site Web: www.ocvf.ca