Familles, partageons notre joie de connaître le Christ! —Message à l’occasion de la Semaine nationale de la vie et de la famille (11-18 mai 2014)

lundi, 28 avril 2014
  • Imprimer
  • E-mail

L’Organisme catholique pour la vie et la famille se joindra bientôt à des milliers de catholiques qui, d’un océan à l’autre, célébreront la Semaine nationale de la vie et de la famille qui commence cette année le 11 mai, jour de la Fête des mères.

Une fois de plus, nous avons une occasion privilégiée d’approfondir notre réflexion sur la valeur inestimable de la vie humaine et sur le rôle primordial que joue la famille, appelée à transmettre et à faire respecter la vie. Comme l’a si bien dit le Saint-Père récemment : « La famille est le lieu où l’on apprend à aimer (…), le moteur du monde et de l’histoire. » C’est dans la famille que chaque personne expérimente d’abord l’amour qui l’inspirera à vivre pour les autres et la joie qui en découle. Comme le dit l’Évangile : « Nous aimons parce que Dieu lui-même nous a aimés le premier » (I Jn 4,19). Jésus Christ– l’homme « donné » aux autres – est à la fois modèle et source de l’amour humain et de la joie humaine! Adhérons à son exemple et à son amour.

Nous savons bien qu’aucune famille n’est parfaite. Pourtant, insiste le Pape François, en parlant de la famille « il s’agit de la cellule fondamentale de la société, du lieu où l’on apprend à vivre ensemble dans la différence et à appartenir aux autres et où les parents transmettent la foi aux enfants » (L’Évangile de la joie, 66). Aujourd’hui, plus que jamais, les mères et les pères ont besoin d’être encouragés et soutenus dans le rôle spécifique que Dieu leur a confié. Rappelons-nous dans l’espérance que, malgré leurs imperfections, nos familles sont le levain destiné à transformer notre monde – ce monde qui a désespérément besoin du Christ.

Que cette Semaine de la vie et de la famille – une initiative de la Conférence des évêques catholiques du Canada – soit pour nous tous une occasion de célébrer les joies de notre propre vie familiale et de nous demander comment nous pouvons venir en aide aux familles moins privilégiées que la nôtre. Demandons-nous ce que nous pouvons faire pour créer un monde plus aimant, nous souvenant toujours que c’est en s’oubliant qu’on se trouve.

Que cette semaine soit pour chacune de nos familles un moment d’espérance, alors que nous tournons nos coeurs et nos esprits vers Jésus Christ, la Vérité, l’Amour incarné. Avec lui, tout est possible.