Lettre au ministre de la Santé, l'Honorable Tony Clement, concernant la décision de réduire les montants versés aux soins palliatifs

mercredi, 11 octobre 2006
  • Imprimer
  • E-mail

TRADUCTION

Le 12 octobre 2006

L'Honorable Tony Clement
Ministre de la Santé
Chambre des communes
Ottawa (Ontario)
K1A 0A6

Monsieur le ministre,

Dans la foulée des coupures budgétaires récemment annoncées par le Gouvernement fédéral, l'Organisme catholique pour la vie et la famille est consterné par la décision gouvernementale de réduire les montants versés au Secrétariat des soins palliatifs et des soins de fin de vie de Santé Canada. Avez-vous l'intention de financer ce type de soins par l'intermédiaire d'autres programmes en y consacrant des sommes plus importantes encore? Nous l'espérons de tout cœur.

Les familles canadiennes ont besoin d'aide pour assurer à ceux de leurs membres qui souffrent et qui arrivent au bout de leur route toute l'attention et les soins qu'ils requièrent. Avec le vieillissement de la population, inutile de dire qu'elles comptent sur leur gouvernement pour encourager la recherche sur le contrôle de la douleur, la formation d'un personnel médical et paramédical respectueux de la vie à toutes ses étapes, et une aide concrète au jour le jour.

Nous sommes convaincus que la vie garde tout son sens et vaut la peine d'être vécue jusqu'à son terme naturel, malgré toutes les embûches et les défis qui se présentent. Nous constatons par ailleurs les efforts constants d'un lobby favorable à l'euthanasie et au suicide assisté pour faire reconnaître un soi-disant « droit de mourir ».

C'est pourquoi nous espérons voir le gouvernement s'atteler sérieusement à la tâche d'encourager une solidarité véritable parmi les Canadiennes et Canadiens face à leurs concitoyens les plus vulnérables. Une solidarité et une compassion fondées sur le sens des responsabilités et qui passent par un solide réseau de soins à domicile et de soins palliatifs. Tous, nous vieillissons. Et tous, nous aurons un jour ou l'autre besoin du soutien physique, psychologique et spirituel rendu possible par un tel réseau — illustration parfaite des valeurs canadiennes fondamentales.

Nous vous demandons, Monsieur le ministre, de nous donner des éclaircissements sur la décision du gouvernement de couper une part importante du budget du Secrétariat des soins palliatifs et des soins de fin de vie et sur sa stratégie concernant l'avenir de ce type de soins dans notre société qui se veut humaine et civilisée.

Veuillez croire en l'expression de mes meilleurs sentiments,

†Ronald P. Fabbro, C.S.B.
Évêque de London
Président de l'Organisme catholique pour la vie et la famille

c.c. Madame Sharon Carstairs, sénatrice