Lettre au sous-comité sénatorial concernant le Rapport sur la qualité des soins de fin de vie

mercredi, 21 juin 2000
  • Imprimer
  • E-mail

Madame la Sénatrice Carstairs,

Au nom de l'Organisme catholique pour la vie et la famille (OCVF), je vous félicite pour le rapport final du Sous-comité sénatorial dont vous étiez la Présidente, déposé le 6 juin 2000 et intitulé : Des soins de fin de vie de qualité : chaque canadien et chaque canadienne y a droit.

Selon le point de vue des membres du Bureau de direction de l'OCVF, ce rapport insuffle dans le dossier des soins de fin de vie un vent de créativité, d'espérance et de compassion. Il proclame haut et fort la grandeur, la dignité et la valeur inestimable de la personne humaine jusque dans les derniers instants de son existence, alors qu'elle se retrouve dans un état de grande faiblesse et de vulnérabilité extrême.

La très grande majorité des Canadiennes et des Canadiens croient que la vie humaine est le bien le plus précieux qui nous soit confié et qu'il mérite des soins de très grande qualité. Tant pour les personnes en phase terminale, que pour le personnel soignant et les familles accompagnant les personnes à l'imminence de la mort, il était impératif que la position brillamment élaborée dans votre rapport, soit accompagnée de propositions fermes et enracinées dans la réalité de la société canadienne.

En regard des propositions de votre rapport, nous apprécions grandement le courage politique que vous avez démontré en pointant les principaux acteurs et artisans du virage philosophique, idéologique et politique, tant au niveau des mentalités que des programmes incitatifs d'éducation professionnelle et de mise en oeuvre de politiques spécifiques.

Nous sommes toutefois conscients que la santé étant de juridiction provinciale, une stratégie nationale ne sera possible qu'avec l'implication des élus provinciaux. Il n'en reste pas moins que chaque personne, en ce pays, a droit à des soins de fin de vie de qualité. C'est notre responsabilité comme société, c'est notre devoir comme membre de la grande famille humaine.

Votre préoccupation face aux aidants naturels que sont les familles est pour nous d'une importance capitale. Nous apprécions la créativité mise en oeuvre dans votre recommandation 5, alors que vous exhortez le gouvernement fédéral à inventer de nouveaux lieux de soutien (analogue au soutien parental actuel) aux membres des familles qui accompagnent un de leurs proches en phase terminale.

Nous vous sommes reconnaissants du service que vous rendez à la population canadienne en l'invitant à être plus soucieuse de la qualité du soutien à assurer à celles et ceux qui doivent vivre leur mort en s'approchant du mystère de la vie.

Veuillez agréer, Madame la Sénatrice Carstairs, l'expression de notre estime et de notre reconnaissance.

Mgr Bertrand Blanchet
Archevêque de Rimouski
Président de l'Organisme catholique pour la vie et la famille