Nous pouvons, nous devons faire beaucoup mieux – Les leaders religieux au Canada dénoncent le projet de loi C 7, Loi modifiant le Code criminel (aide médicale à mourir)

mercredi, 14 octobre 2020
  • Imprimer
  • E-mail

mercredi le 14 octobre 2020

Ottawa – Aujourd’hui, plus de 50 leaders religieux de partout au Canada ont publié une lettre ouverte à tous les Canadiens et Canadiennes en opposition au projet de loi C‑7, Loi modifiant le Code criminel (aide médicale à mourir). Ce message œcuménique et interreligieux est une réponse des leaders religieux à la mesure législative déposée par le gouvernement fédéral le 5 octobre 2020, qui vise à élargir les critères d’admissibilité à l’euthanasie et au suicide assisté (appelés par euphémisme « aide médicale à mourir) » en supprimant le critère de la « prévisibilité raisonnable de la mort naturelle » qui se trouve actuellement dans le Code criminel et en assouplissant certaines des « protections » actuelles qui permettent aux patients et patientes dont la mort est « raisonnablement prévisible » de renoncer au consentement final à recevoir l’euthanasie en rédigeant une directive à l’avance.

Les leaders religieux ont dit entre autres : « Nous sommes obligés d’exprimer notre profonde préoccupation et notre opposition la plus ferme au projet de loi C‑7 qui, entre autres, étend l’accès à l’euthanasie et au suicide assisté à celles et ceux qui ne sont pas mourants. En constatant que nous sommes arrivés là comme société, et combien nous avons régressé quant à notre façon de traiter les personnes faibles, malades et marginalisées, il y a de quoi être perplexes. »

Le message exprime une unité de pensée et de préoccupation parmi les diverses communautés religieuses du Canada face à la souffrance humaine, au processus de la mort et à la mort, ainsi qu’à l’insuffisance de l’euthanasie et du suicide assisté comme réponse. Les leaders religieux ont également déclaré : « Nous sommes convaincus qu’un robuste système de soins palliatifs, accessible à tous les Canadiens et Canadiennes, constitue une réponse beaucoup plus efficace à la souffrance et permet de préserver la dignité sacrée de la personne humaine. Les soins palliatifs traitent la douleur dans un climat d’amour et de sollicitude où les gens font ce qu’ils peuvent pour consoler et réconforter les malades. Chacune, chacun en sort grandi. »

Le message a été préparé à l’initiative de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), du rabbin Reuven P. Bulka, CM, Ph. D., du Conseil canadien des imams (CCI), de l’Alliance évangélique du Canada (AEC) et d’Ahmadiyya Muslim Jama’at du Canada.

Les médias sont encouragés à adresser leurs demandes de renseignements à n’importe lequel des signataires du message.

Nous pouvons, nous devons faire beaucoup mieux – Les leaders religieux au Canada dénoncent le projet de loi C 7, Loi modifiant le Code criminel (aide médicale à mourir)